Faut vraiment que je me décide pour la nymphe au fil !!

Accueil Forums TECHNIQUES DE PÊCHE Pêche en nymphe, noyée et streamer Faut vraiment que je me décide pour la nymphe au fil !!

  • Ce sujet contient 27 réponses, 10 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par French Tricolor, le il y a 2 semaines et 1 jour.
Vous lisez 26 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #34149
      French Tricolor
      Participant
      @frenchtricolor
      Salut à tous,

      est-ce quelqu’un connaît un site où la pêche à la nymphe au fil y est bien expliquée ?? Montage de la ligne technique de pêche …….

      J’ai regardé quelques vidéos au pif sur youtube mais en piochant un peu au hasard.

      Merci beaucoup en attendant.

      • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par French Tricolor.
      • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 5 jours par pierrotlepecheur.
      0
    • #34151
      bOURGADE
      Participant
      @salabre

      Sur you tube tu as des vidéos de Yannick RIVIERE assez pertinentes.

      0
    • #34154
      Norman
      Participant
      @norman

      hello

      ah je sais pas toi,mais moi il m’a fallut du temps pour m’y mettre, et pourtant mes éssais sous la canne était plutôt encourageant a chaque fois ou presque mais la technique est vaste et un peu brouillonne avec ses divers appellations.je te recommande un livre” la peche a la nymphe,la révolution française” qui éclairci bien le sujet. les vidéos citée plus haut sont tres bien en plus.je crois que j’ai eu l’avantage d’etre a la base un ancien competiteur au coup, car a la nymphe ont est dans la troisieme dimension, reste que j’ai encore énormément a apprendre ,mais ça vient.lelivre “la peche a la nymphe” de ph boisson est aussi tres bien.certains livres sont surtout fixé sur le montage des nymphes et pourtant ce n’est pas le plus important, c’est même la partie pénible de cette pêche.si tu veux un avis démarre avec une phaisant tail et une oreille de lievre a bille. des hameçons de 12 a 18 et des billes argent,cuivre et or, j’y ajoute le noir.

      je te laisse calculer le nombre de nymphes a monter,varier les modeles ne sert pas a grand chose, devant un t’elle chantier il faut aller a l’essentiel et a des modeles épprouvé. il faut de la méthode ,mais ça vaut le coup, évite de ceder aux modes du moment et monte,monte,monte. la pêche se gagne souvent a la maison!!

      0
    • #34155
      bOURGADE
      Participant
      @salabre

      Sur la revue en ligne (gratuite) Truites & compagnies tu as des trés bon articles sur le matos,confection des bas de ligne etc…

      0
    • #34157
      Norman
      Participant
      @norman

      Ce qui m’a le plus rebuter c’etait de devoir faire ce boulot de moine, le montage en série de 200 nymphes environ pour une base, et comme chaque fois , et bourgade le dit ,c’est pas les infos qui manque dans les médias, ce qui est compliqué c’est justement de faire un tri dans tout ça,mais c’est valable pour toutes les techniques, je te conseille de partir sur des bases simples et de  t’entrainer toujours sur la même technique, la dispersion n’est pas bonne, et comme disait churchill avant le débarquement”chercher pas les compliquations,elles arriveront bien toutes seules”. lisait tu le magazine “peche sportive”? il y a des tres bon conseils qui m’ont bien aidé. le n°109 par exemple est excellent.

      0
    • #34158
      Timtim38
      Participant
      @timtim

      site où la pêche à la nymphe au fil y est bien expliquée ?? Montage de la ligne technique de pêche …

      Salut

      J’imagine que tu parles de la nymphe au fil tendu ? A défaut de liens à te donner, je te partage mon expérience de cette technique sur un point relatif au matériel.

      En pêche fil tendu, l’utilisation de bas de ligne très longs, voire d’un simple fil sans soie, associé à une seule ou des nymphes légères conduit à l’utilisation  de cannes à l’action  bien particulière.

      Avec ces techniques ,on cherche à pêcher à distance. Mettons 7 ou 8 m et plus . Avec une nymphe tungstène de  diamètre inférieur à 3mm , la soie ne sort pas du scion. La canne de 10 pieds soie de 4 qui allait bien pour la roulette devient très vite limitée pour le lancer. Plus que la longueur  de la canne qui joue surtout dans le contrôle de la dérive , un scion et un porte scion plutôt souples sont d’un grand apport. Tous les fabricants de cannes s’y sont mis et proposent désormais des cannes dites “Euro-nymph”. Elles font en général entre 10,5 et  11pieds pour des soie de 3 max

      Comme seul le bas de ligne propulse la nymphe, cette pêche nécessite des lancers adaptés que permettent les cannes dédiées. Le chargement de la canne se fait sur la seule masse de  la nymphe et de la résistance de l’eau sur celle-ci.

      0
    • #34160
      Timtim38
      Participant
      @timtim

      Ah j’ai trouvé une petite vidéo promotionnelle qui montre l’essentiel à l’exception du lancer qui se fait en très bonnes conditions. Ce n’est pas toujours le cas.

      Possibilité de mettre les sous titres si non anglophone

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par Coujou.
      0
    • #34162
      French Tricolor
      Participant
      Participant
      @frenchtricolor

      Merci les gars pour ces infos,

      pêche sportive c’est 8’6 ?? Si c’est le cas je ne suis pas abonné et pour Truites & compagnies je ne connaissais pas !! Du coup j’ai déjà avancé !! :good: Et en plus je vais aller voir monsieur Yannick RIVIERE !!

      Ce que j’envisage, c’est la polyvalence, c’est à dire je pêche avec ma 9 pieds soie de 4 en sèche, je change la mouche et hop je suis en nymphe. Enfin ça c’est peut-être dans mes rêves !! :wacko:                                    Faut dire que par chez moi ce n’est pas des rivières bien larges.

       

      0
    • #34163
      French Tricolor
      Participant
      Participant
      @frenchtricolor

      Merci Timtim 38 je vais aller jeter un oeil !!

      0
    • #34174
      pierrotlepecheur
      Maître des clés
      @test1

      Je suis un peu comme toi, Frenche Tricolore. je me dit souvent “faut que m’y mette”.

      Par contre, état collectionneur acharné de livres halieutiques, je peux te conseiller 2 ouvrages récents qui, au dire des spécialistes, sont très bons :

      Pêche à la nymphe : La révolution française (J. WHITE)

      De la pêche à la nymphe (Ph. BOISSON)

       

      A la fin, toutes choses viennent se fondre en une seule, et au milieu coule une rivière.
      Sous les rochers, il y a les paroles, parfois les paroles sont l'émanation des rochers eux-mêmes.
      Je suis hanté par les eaux ( Norman MacLean ).

      0
    • #34196
      Norman
      Participant
      @norman

      je vois que pierrot a les mêmes sources de bouquins que moi, ces deux livres sont excellents en effet.

      0
    • #34208
      bOURGADE
      Participant
      @salabre

      Pour débuter et te donner un aperçu de la pêche en nymphe ,tu peux commencer en séche nymphe,au niveau matériel une 9p. soie de 4 fait trés bien le job.Si tu ne pêche pas des riviéres aux veines puissantes ou il faut pêcher lourd et descendre rapidement,cette technique est trés efficace et ne demande pas un matériel spécifique.

      0
    • #34225
      adrien
      Participant
      @adrien47

      Salut,

      J’ai franchi le pas de la nymphe au fil il y a quelques années, en 2012 plus précisément. J’ai d’abord commencé tout seul en nymphe lourde sous la canne avec quelques résultats, mais cette technique rébarbative est pas super passionnante m’a rapidement lassé. Un jours en 2014 la première fois que j’ai été pêcher l’Aude, j’ai vu l’ami yannick rivière pêcher en nymphe au fil mais avec beaucoup plus de subtilité et de technique que de la simple pêche a la roulette. L’année d’après j’ai programmé un guidage avec yannick ce qui a posé les bases de sa technique, mécanique du lancer, analyse des veines d’eau, matériel et montage. J’ai ainsi repris un du plaisir a pratiquer la nymphe au fil.

      Et un jours le drame… ;-) j’ai croisé la route de cette énorme truite de plus de 60cm que j’ai pris en nymphe a vue avec ma maigre technique de l’époque. Et maintenant ca m’obsède, la traque, la recherche du poisson en grande riviere, quitte a beaucoup moins pêcher.

      Je pêche encore en nymphe au fil a l’occasion sur des rivières rapides comme l’adour.

      Pendant les confinements, sur sa page facebook (en libre accès même si pas inscris comme moi), yannick a fais les vidéo en live sur plein de thématiques notamment la nymphe au fil, le montages de ses modèles préférés, les bas de ligne etc…elles sont toujours visibles et très instructives.

      Adrien

      0
    • #34228
      patneze
      Participant
      @patneze

      Salut,

      c’est clair que la nymphe au fil est de + en + la technique à maitriser vu la raréfaction des gobages. Mais moi, j’ai bien du mal à m’y faire. Je n’arrive pas à me “passionner” pour cette pêche et je ne prends pas de plaisir à pêcher ainsi. Je vais peut-être choquer certains , mais quitte à pêcher sous l’eau je préfère presque pêcher au leurre.

      Patrice

      Membre du Club Mouche Haute Bretagne
      Infos: https://www.facebook.com/club.mouche.de.haute.bretagne

      0
      • #34237
        pierrotlepecheur
        Maître des clés
        @test1

        D’accord avec toi Patneze, et pourtant, ça n’est pas faute d’essayer, mais ça me lasse au bout de 10 mn.

        Loin de moi l’idée de dénigrer car je pense que c’est une pêche technique mais il me faut voir le gobage. Pour moi, c’est la quintessence de la pêche à la mouche. À la limite, pêcher l’eau en surface ne me déplait pas. La recherche des bonnes dérives est intéressante et on a souvent des bonnes surprises.

        Et comme tu le dis, les gobages se raréfient, alors, je fais aussi dans la contemplation :yahoo:

        A la fin, toutes choses viennent se fondre en une seule, et au milieu coule une rivière.
        Sous les rochers, il y a les paroles, parfois les paroles sont l'émanation des rochers eux-mêmes.
        Je suis hanté par les eaux ( Norman MacLean ).

        +1
    • #34238
      Casa
      Maître des clés
      @xrg1966

      Je pèche, quand je peux, en NAF sous la canne. J’adore. Cette approche nécessite une concentration incroyable, faute de louper les touches qui sont parfois si ténues…

       

      J’adore la pêche en sèche, mais passer sous l’eau est aussi un grand bonheur….

      "Comment s'assoir pour écrire, quand on ne s'est pas levé pour vivre."
      H.D. Thoreau

      0
    • #34255
      French Tricolor
      Participant
      Participant
      @frenchtricolor

      Pour débuter et te donner un aperçu de la pêche en nymphe ,tu peux commencer en séche nymphe,au niveau matériel une 9p. soie de 4 fait trés bien le job.Si tu ne pêche pas des riviéres aux veines puissantes ou il faut pêcher lourd et descendre rapidement,cette technique est trés efficace et ne demande pas un matériel spécifique.

      Si je comprends bien, c’est vachement simple !! :-) ;-)

      0
    • #34262
      bOURGADE
      Participant
      @salabre

      Ce n’est pas simple ,disons que l’on s’eloigne un peu moins de la technique de la pêche classique en séche.Trop long de te parler de décrire ce mode de pêche sur le net d’autres le font mieux que moi,le seul conseil que je puisse te donner c’est de mettre en pratique l’essentiel de cette technique et surtout d’aller à la pêche le plus souvent possible. :bye:

      0
    • #34267
      patneze
      Participant
      @patneze

      D’accord avec toi Patneze, et pourtant, ça n’est pas faute d’essayer, mais ça me lasse au bout de 10 mn. Loin de moi l’idée de dénigrer car je pense que c’est une pêche technique mais il me faut voir le gobage. Pour moi, c’est la quintessence de la pêche à la mouche. À la limite, pêcher l’eau en surface ne me déplait pas. La recherche des bonnes dérives est intéressante et on a souvent des bonnes surprises. Et comme tu le dis, les gobages se raréfient, alors, je fais aussi dans la contemplation :yahoo:

      Je crois qu’on est synchro , Pierrot :yahoo:

      En plus en Bretagne, la pêche en nymphe au fil est pas facile mettre en œuvre dans nos petits cours d’eau, plutôt lent. La sèche même sans gobage est plus passionnante.

      Membre du Club Mouche Haute Bretagne
      Infos: https://www.facebook.com/club.mouche.de.haute.bretagne

      0
    • #34274
      Timtim38
      Participant
      @timtim

      À la limite, pêcher l’eau en surface ne me déplait pas. La recherche des bonnes dérives est intéressante et on a souvent des bonnes surprises.

      Pour pratiquer aussi la pêche de l’eau en sèche sur les truites, la nymphe au fil tendu y ressemble vraiment beaucoup. Tout comme le pêcheur en sèche à appris à ne  pas balancer  sa mouche n’importe ou quand il pêche l’eau, la pratique assidue et appliquée de la pêche en nymphe permet de savoir lire les postes  de nourrissage ” au fond” .

      Finalement avec la pratique on ne pêche pas tant l’eau que ça… et prendre un poisson exactement là ou on m’y attend procure une satisfaction qui ne me rassasie pas . Sur une rivière que tu connais par cœur  en pêche  au fil , sur certains postes tu peux quasiment parier l’apéro sur une prise imminente B-) . Mais bon ,faut pas s’enflammer non plus… :whistle:

      Outre de pêcher là ou il faut , la réussite dans cette pêche tient pour partie à l’utilisation du bon poids de nymphe là ou s’effectue la dérive. 5 mètres plus loin, il faut changer de nymphe . En fait, sauf à avoir une rivière uniforme et donc chiante à pêcher, en nymphe au fil on change de nymphe sans arrêt. Il faut aussi alterner les passages en dérive inerte et ceux avec animation.

      Plus on progresse dans cette technique , plus on devient capable de pêcher léger et d’attaquer des postes qui ne voient pas passer beaucoup de nymphes et encore moins d’autres appâts en tout genre. C’est là qu’une vraie canne nymphe devient indispensable. Bref j’adore cette pêche pour peu que le profil de la rivière s’y prête !

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par Timtim38.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par Timtim38.
      0
    • #34282
      Norman
      Participant
      @norman

      je rejoins timtim38 a 100/100,

      c’est une question d’adaptation et d’entrainement, la nymphe c’est comme le réservoir, certains trouve ça rébarbatif avant d’avoir fait ce qu’il faut pour enfin s’y passionné,trouve fatiguant de balancer un streamer mais ne pêche pas au chiro ,en seche ou en noyée, chacun son tempérament, c’est pas tout cuit , mais en grande riviere  si tu te débrouille, un peut apres avoir comme tout le monde ramassé nombre de capot tu ajoute quand même un grand sac a tes bagages,et ça t ‘évite de passer des heures a regarder couler la riviere. en petite riviere les choses y sont quand mêmes plus simples.

      0
    • #34315
      coulobre19
      Participant
      @coulobre

      mais il me faut voir le gobage. Pour moi, c’est la quintessence de la pêche à la mouche.

      C’est ce qui m’a fait débuter la pêche à la mouche et m’éloigner de la pêche au leurre. S’il m’arrive d’accrocher une nymphe légère, c’est toujours par dépit, et je n’éprouve aucune sensation que ce soit dans le lancer ou le suivi du bout de la soie qui matérialise la touche.

      Quant à la pêche sous la canne, avec une enclume, le bras tendu, que je pratique un peu, toujours par dépit à l’ouverture, je dois reconnaitre que c’est une technique efficace mais le plaisir est gâché et je suis très vite lassé.

      Je n’ai jamais aimé la pêche au toc et ne vois pas comment je pourrais aimer la pêche en nymphe.

      Cette année j’ai décidé de refaire entièrement ma boîte de nymphes et de m’y mettre à fond… comme tous les ans.

      coulobre19

      0
    • #34411
      pierrotlepecheur
      Maître des clés
      @test1

      Récupération des messages perdus :

       

      Capture d’écran 2021-01-27 à 10.25.12

       

       

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par pierrotlepecheur.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par pierrotlepecheur.

      A la fin, toutes choses viennent se fondre en une seule, et au milieu coule une rivière.
      Sous les rochers, il y a les paroles, parfois les paroles sont l'émanation des rochers eux-mêmes.
      Je suis hanté par les eaux ( Norman MacLean ).

      0
    • #34436
      Blajoux
      Participant
      @blajoux

      Maitriser la nymphe au fil est juste une corde de plus à l’arc d’un pêcheur au fouet. Si je place au sommet de la jouissance halieutique la pêche en sèche, je dois reconnaitre que les pêches sous la surface permettent d’optimiser son temps de pêche et qu’elles peuvent avoir autant de subtilités que les pêches en surface.Le malheur est que ces techniques utilisées largement par les compétiteurs sont maintenant reprises en priorité par les nouveaux venus à la discipline ou elles permettent d’avoir rapidement des résultats, conduisant parfois ces néophytes à ignorer ce qui se passe en surface…et utiliser des modèles très lestés pour une pêche sans grande finesse.Ils en restent là car il y a quand même du résultat et n’évoluent guère…

      Les techniques de nymphe au fil, aux beaux jours,sur pointes fines(mais sans exagération, le 8/100, connait pas!)avec des artificielles le plus légères possibles, sont aussi attrayantes et ne se limitent pas à des lancers/dérives à répétition au petit bonheur la chance. C’est plutôt une pèche des postes, un peu comme on le fait en sèche en “tapant l”eau”, ou il faut lire les veines, adapter son lestage, la longueur de sa pointe et bien des choses encore. Et si l’on fréquente des cours d’eaux aux eaux claires on peut l’alterner avec une pêche à vue, aussi gratifiante que la sèche. Avec un bas de ligne bien construit,on peut de plus rapidement passer en sèche si une activité de surface se manifeste sans beaucoup de modifications.

      La cerise sur le gâteau, bien que je ne sois pas obsédé par la traque des “grosses”, c’est que la taille moyenne des prises sous l’eau est  proportionnellement plus élevée.

      Bref je ne saurais que recommander à un pêcheur qui désire évoluer et pêche des rivières aux profils variés de se mettre aux techniques de sub-surface, noyée, nymphe au fil, et bien sur nymphe à vue.

      J’ai la chance de pêcher régulièrement avec un “jeune”presque quadra, extraordinaire pêcheur, qui a su m’inculquer beaucoup des subtilités de ces techniques.

      C’est beaucoup plus facile de s’initier avec un partenaire qui maitrise, et permet de comprendre ce que l’on fait et non pas de pêcher comme un automate.

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par Blajoux.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par Blajoux.
      +1
    • #34663
      Norman
      Participant
      @norman

      Salut

      100/100 d’accord avec toi Blajoux, tu as parfaitement résumé l’affaire, si en petite riviere ont peut pêcher les postes, pêcher l’eau comme ont dit et avoir de belles surprises, je me vois mal pêcher l’eau a l’aveugle en grande riviere,.

      si pour certains et je le comprends parfaitement lancer et relancer une nymphe dans un courant peut les lasser assez vite, que dire de la sêche lancée au hazard  sur des  hectares d’eau ou il n’y a aucun signe d’activité? c’est pareil en fait. je dois juste reconnaitre que la noyée traditionnelle  est aussi source de beaucoup de plaisir.une alternative en fait.

      Norman.

      0
    • #35423
      Norman
      Participant
      @norman

      hello

      Voila les conseils simples qui me semble avoir toute leur place ici les amis.

      https://www.jour-de-peche.com/peche-mouche-le-poids-des-nymphes/

      Norman.

      0
    • #36751
      Norman
      Participant
      @norman

      hello

      je crois que lorsque l’on se déplace ^pour pêcher,  que l’on est confronté a des rivieres différéntes ,plus ont a de polyvalence et mieux ont peut s’en sortir. Se cantonner a une seule technique c’est pour moi ne regarder le monde que d’un seul oeil, et se dire que ça ira si la riviere  veut bien se mettre en accord avec notre seule technique, ça marche parfois , persone n’est a l’ abri d’un coup de chance.

      comme a chaque fois il faut faire l’éffort de prendre des  bredouilles au début, jusqu’a ce qu’elle deviennent plus rare ,mais ont a tous connu ça a nos débuts en seche aussi. en tout cas je ne partirai pas a l’étranger ( ou en métropole)  sans avoir plusieurs cordes a mon arc, aussi modeste soit elle.

      quand ont a passer de trop longues heures a regarder couler une vaste riviere sans aucune activité,il vient un moment ou la réflexion prends le dessus et ont saute le pas, ça été mon cas.

      premiere étape: de longues heures de montage.

      Norman.

      0
    • #36755
      French Tricolor
      Participant
      Participant
      @frenchtricolor

      quand ont a passer de trop longues heures a regarder couler une vaste riviere sans aucune activité,il vient un moment ou la réflexion prends le dessus et ont saute le pas, ça été mon cas. premiere étape: de longues heures de montage. Norman.

       

      Ben oui c’est exactement ça !! :good:

      0
Vous lisez 26 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.